Franchouillardement

Ne croyez pas que je nationalise
Mais si j’ai quelque chose à dire
C’est que la langue de Shakespeare
Franchouillardement, je la méprise

Pardon de dire ce qu’il ne faut pas
De choquer vos esprits tous neufs
De mettre le pied dans le plat
On ne se fait pas Hamlet sans casser des œufs

UN « I love you » c’est froid, c’est con
Et puis ca ne touche pas au Cœur
C’est un je t’aime de contrefaçon
Qui ne rend pas forcément vainqueur

D’accord il y eut Imagine
Mais si tu lis entre les mots
N’Y a pas grand-chose sur les lignes
Mais faut pas le dire que je n’aime pas Ringo

Un cheval pour my kingdom
Etre ou ne pas être tu parles
C’est un peu court jeune homme
On aurait pu faire mieux Charles

J’aurai bien voulu t’offrir un verre
Mais maintenant on prend des drinks
On ne récite plus des vers
On slam, on fait du teasing

Et finis les chanteurs
Et finis les poètes
Allez places au crooner
Aux rock stars qui se la pètent

Si vous aimez un peu le français

Alors vous comprendrez
Ce n’est pas que je nationalise
Mais si j’ai quelque chose à dire
C’est que la langue de Shakespeare
Franchouillardement, je la méprise

©Cécilien GREGOIRE mars 2011

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s