Mon enfance

C’est une île au trésor
Un battement de cils
Une patrie sans drapeau
Que j’ai quitté malgré moi

C’est ce qui fait que je sois déjà mort
Depuis qu’on a coupé le fil
Etranger dans ma propre peau
Avec horreur de mon propre moi

C’est une rivière qui s’assèche
Ce sont les cressons bleus d’Arthur
C’est en vouloir à ceux qui s’aiment
Sans se soucier du temps qui dévale

C’est Cupidon sans sa flèche
Les lettres d’amour pleines de ratures
Qu’on pleure toute la semaine
Et les flirts du mal

C’est une étendue d’insouciance
Qui se traverse sans barricades
Une autoroute sur laquelle on file
Avant de finir dans le décor

C’est avant les alliances
Et les fausses embrassades
Bien loin des sourires qu’on maquille
A la frontière de la mort

C’est juste avant d’être seul
Aux milieux des loups
Bouffé par les rapaces
Piétiné par l’ennuie

C’est l’antichambre du linceul
Avant le monde de fou
C’est une jolie terrasse
Qui précède l’éternelle nuit

Ce sont des vers naïfs
Pour une Cendrillon de 10 balais
Nos deux noms sur le sable
Et des promesses d’amour toujours

C’est avant le coup de canifs
Dans les serments noyés
Et se meuvent les sables
Et les promesses de larmes toujours

C’est avant que déraille
Le train de l’existence
Et que s’envole sans un bruit
Ceux qu’on pensait immortels

Oui c’est du fond de mes entrailles
Que j’en appelle à mon enfance
Pour me sortir de la nuit
De l’enfer perpétuel

Rendez-moi mon enfance

© Cécilien GREGOIRE. Juillet 2011

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s