Le bon copain

N’as-tu jamais eu envie de partir en vacances dans tes yeux
On y vit parait il des printemps merveilleux

Voila comment à l’heure des premiers vers
Le cœur droit et le stylo bancal
J’espérais pompeusement essuyer les revers.
Aujourd’hui cependant que mon champ lexical
Continue de flatter toutes les demoiselles
Que je versifie sur leurs yeux, et leur bouche
Infiniment peu nombreuses sont celles
Qui m’accueillent dans leur couche

Dans ce funeste monde ou l’amitié prévaut
Si mon cœur souvent s’émerveilla
Il ne reçut en échange que soubresauts
Des je t’aime bien
Juste quelqu’un de bien
Une de perdue et cætera

Aujourd’hui cependant que je romantise
Que mes mots se font séducteurs
Aujourd’hui cependant que je galantise
Me voilà pourtant spectateur
De leur bonheur parfait
Voila que je me satisfais
De sécher leurs pleurs

Voila que je réveille des belles au bois dormant
Se réfugiant dans mon château
Parce que leurs princes charmants
Fait tanguer le bateau
Et voici qu’à leur tour
Lorsque fortement je chavire
Elles jouent les bonnes fées
Puis prennent leur billet retour
S’en retournent souffrir
Loin de mon cœur brisé

Cependant qu’aujourd’hui
Je les aime à l’infini
Il semblerait que mes efforts soient vains
Moi je serais toujours le bon copain

© Cécilien GREGOIRE
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s