Tu es

Tu es la bouche qui murmure
Tu es le gout sauvage des mures
Tu es le mystère de Garbo
Tu es l’or des paquebots

Tu es la foudre suspendue
Par la volonté divine
Tu es la source cristalline
De la montagne fendue

Tu es la définition pointue
De la beauté incarnée
Tu es l’accent aigue
Qui tombe sur l’immensité

Tu es les plaines vertes d’Irlande
L’immensité des landes
Tu es l’écume qui brille
Sur le sable immobile

Tu es tous ces mots
Qui n’existent pas encore
Tu es cet écho
Qui jamais ne s’endort

Tu es toutes les mers qui roulent
Les vagues qui s’abiment
Violement avec la houle
Tu es mon unique rime

Tu es le tercet parfait
Le quart d’alexandrin
Que tous les poètes voudraient
Signer de leur mains

Tu es l’enfance éternelle
Le sourires de océans
Les deux bords de la marelle
La douce folie des volcans

Tu es la musique au parfum de sud
Le tremblement de cœur fragile
Ma plus douce habitude
Tu es la lumière des villes

Septembre 2013

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s