Le Feu à la Plaine

J’ai tenté d’échapper aux démons de l’enfance
Par des mots insensés. Des cures d’espérances
Les nuits furent des refuges où je jouais mon âme
Et j’ai changé de vie. Et j’ai refait le monde.
Mille fois je vécus en Prince du macadam
Ainsi l’Ombre était là quand je menais la fronde.
En attendant Tilsit et le Feu à la Plaine.

J’ai cherché l’Horizon que l’Absence déchire
Et hissé des Grands Voiles aux heures d’inquiétude
Traversé l’Océan avant qu’il n’expire
Dans des songes exquis couleur de quiétudes.
Et mes îles ne sont que quartier quotidien
Où je possède tout, en ne possédant rien.
En attendant que sombre le cargo des semaines
Et l’avenir incertain, et le Feu à la Plaine.

Je fus le Général d’une armée sans soldat
Traversant les Hautes-Steppes qui menaient à l’Empire
De Valmy en Arcole, de montagnes en faux-plats
Et faisais de mon mieux pour éviter le pire.
Sous les orages bruns d’un Éole fatigué.
Mon enfance n’est plus que pelote de laine
Qu’il n’est plus possible, hélas, d’enrouler.
En attendant Tes Yeux. Et le Feu à la Plaine.

J’ai tenté d’allumer les néons de l’Espoir
Cherché une place infime, un endroit où m’asseoir
Mais n’ai trouvé qu’un banc sur les bords de la Seine.
Où naissent quelquefois ces chansons sans musiques
Sous les éclairs bleus de cascades poétiques.
Et les eaux délaissées. Et le Feu à la Plaine.

13 décembre 2018

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s