Chronique des Jours Heureux. Désirs de France… Insoumise…

N’engage que moi

 

MAJ du Lundi 3 Février 2020. La prise de position récente de Ségolène Royal sur l’affaire Mila affaiblit considérablement sa position de recours républicain pour 2022. Sa mise au point ce jour clarifie néanmoins la situation même si la vigilance est de mise.

Il apparait de plus en plus clairement que Ségolène Royal songe à 2022. Ses récentes déclarations. Ses prises de positions contre la politique du gouvernement. Les attaques répétées dont elle fait l’objet depuis quelques semaines (cas de Lawfare qui n’est pas sans en rappeler un précédent …) ne laissent planer que peu de doutes.

Certes Ségolène Royal n’est pas une révolutionnaire. Certes, certaines de ses positons sont discutées et discutables. Certes, il lui aura fallu du temps pour ouvrir les yeux sur « Le Nouveau Monde ». Mais elle a pour elle une certaine idée de la France qui n’a jamais variée depuis l’élection présidentielle accompagnée d’une assise populaire certaine. Les réactions à ses dernières sorties médiatiques en sont une preuve supplémentaire.

De son coté, Jean-Luc Mélenchon n’a pas annoncé s’il serait candidat ou non. Certes il aura 71 ans au moment de l’échéance. Certes depuis le 22 Avril 2017, la liste des erreurs politiques du militant Mélenchon tend à effacer celles du candidat Mélenchon. L’affaiblissement du mouvement, lié aux compromissions avec le communautarisme, l’abandon (provisoire semble-t-il) de la ligne républicaine et d’une laïcité intransigeante, pourrait laisser croire à la mort politique de Jean-Luc Mélenchon. Deux remarques donc.  Primo en politique, personne n’est jamais mort. Deuxio, malgré tous les griefs évoqués ci-dessus, il n’y a pas aujourd’hui en France de candidat plus brillant, plus cultivé et ayant autant le sens de l’histoire, que le député des Bouches-du-Rhône.

Deux candidats donc. Pour qui le calcul est simple. Entre Macron et Le Pen, il y a une place à prendre. Pour sauver la République. Pour refaire de la France une grande Nation, souveraine, libre, indépendante. Pour sauver le modèle social hérité de la libération, rendre gloire au CNR. Un chemin existe donc entre l’extrême-centre autoritaire et l’extrême-droite ethniciste. Celui du socialisme Républicain.

Mais ce chemin est étroit.

Deux candidatures, ce serait sûrement une de trop. Alors bien sûr, on ne peut envisager Ségolène Royal portant le programme l’Avenir en Commun. On ne peut envisager Jean-Luc Mélenchon portant un projet social-démocrate. Mais on peut, sans passer ni pour des renégats, ni pour des utopistes, imaginer un programme de gouvernement commun, une entente formelle sur des points clefs (écologie, services publics, laïcité…) afin d’envisager les Jours Heureux.

Certes, la question européenne, tout comme celle de la VIe République seront à l’évidence des points de tensions. Mais en politique, romantisme et négociation ne sont pas incompatibles.

En tant que militant des jours Heureux, je n’ose imaginer que 2022 rejoue le match de 2017 et que notre Patrie continue de s’enfoncer dans la nuit.

C’est pourquoi j’espère un rapprochement.

Celui-ci n’aura surement pas lieu.

Mais on ne sait jamais.

 

1 Février 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s