Archives de Catégorie: Humeurs

Le Mépris et le Combat

Toujours la meute. Toujours les chiens enragés. La petite bande des indignés médiatiques. La cour des salopards. Le bureau des ordures réuni quotidiennement à heures fixes sur tous les plateaux. Toujours les belles personnes et leurs injonctions. Toujours les procès, les salissures contre nous. Nous les militants de la République Sociale, nous les militants de l’égalité, du Partage. De toutes parts viennent des attaques, des informations non vérifiées évidement. Mais relayées. Déformées. Amplifiées. Médiacrates sans styles, plumitifs sans inspirations: tous participent à ce concours général du mensonge.

Cette haine de classe qui transpire de partout n’a qu’un seul but: salir tout mouvement d’opposition au modèle libérale et européiste. Ce petit aréopage d’Albert Londres renierait sans l’ombre d’un doute n’a qu’une mission: désinformer et défendre les intérêts des dominants qu’ils servent contre salaire. Misère du journalisme. Bonheur des oligarques.

Quand ils ne se gaussent pas des menaces de mort sur Jean-Luc Mélenchon, ces belles âmes tentent de salir d’autres membres de la France Insoumise.

Ainsi en est-il ces derniers jours de mes camarades Alexis Corbière et Danièle Simonnet.

 Peu importe qu’Alexis comme Danielle occupent leurs logements légalement: ils sont insoumis, rien ne doit leur être épargné.

Que Corbière ait occupé avec femmes et enfants un appartement à 1200 euros mensuels qu’il avait acquis sur critères sociaux. Qu’importe qu’il ait eu avant son entrée au Palais Bourbon un salaire d’enseignant de 2350. Qu’importe que ce logement ne soit pas un HLM mais un logement à loyer libre. Qu’importe qu’il ait pris l’engagement de le quitter après son élection comme député. Qu’importe qu’a Paris et dans sa région on ne trouve pas un appartement familial en un claquement de doigts… Qu’importe qu’il en soit de même pour Danielle, occupant aussi un logement à loyer libre avec son compagnon et ses deux enfants, qu’importe qu’elle l’ait obtenue en 2003, qu’importe que les fonctions électives qu’elle occupe, comme celle d’Alexis, ne soient pas éternelles.

Qu’importe la légalité. Qu’importe la réalité. Rien ne les arrêtera. Ni la vérité. Ni nos réponses. Corbière comme Simonnet représentent tout ce que ce grand monde déteste: une résistance à leur indécence et à leur morgue. Les attaquer c’est attaquer la France qui résiste groupée autour de 7 millions de voix qui n’en font plus qu’une seule.

Je veux dire ici tout mon soutient à Alexis et Danielle que je connais depuis mon entrée au PG en 2009. Je sais leur force de caractère. Leur inexorable envie de se battre. Je sais leur croyance indélébile en notre victoire prochaine.

Face à ces attaques sans autres fondements que la haine opposons le mépris et le combat.

Nous gagnerons

C.G

27Octobre 2017

Publicités

Après les larmes

Que ces jours vont être long après les larmes. Ces larmes. Mes larmes. Notre échec est réel. Tout le reste est dérisoire. Que nous ayons progressés, que nous ayons construit un mouvement que certains veulent déjà voir comme force incontournable, tout cela importe peu. Nous n’avons pas gagné. Une fois de plus, nous avons buté sur la bêtise. Il n’y a aucune excuse pour ceux qui ont voté pour la haine et la finance, comme pour ceux qui ont préféré Benoit Hamon pour sauver le PS. Aucunes excuses pour ces gens qui jamais ne votent pour leurs intérêts. Ils m’exaspèrent. M’insupportent.

La suite, ce sera sans moi. Ni le second tour, ni les législatives, qui de toutes façons sont jouées, ni surement la suite du mouvement France Insoumise. Rien. Le monde continuera surement. Sans moi pour l’instant. Le temps de me relever. Après les larmes.

C.G 25 Avril 2017

Le déshonneur d’un homme. A propos « des chiens ».

Il ose tout.

C’est à cela qu’on le reconnaît.

Perché sur sa morgue. Dressé sur son mépris. Il harangue la foule. Sa foule. Cette France du 6 Février 34 pétrie de bêtise, d’individualisme et de déshonneur.

Il se veut innocent. Il se dit victime. Il n’est rien de cela. Moralement, politiquement, il est coupable. Coupable d’arrogance face aux travailleurs qu’il déteste. Coupable de vivre dans un autre monde, irréel fait de cadeaux, d’affaires, d’argent qui circule tranquillement. Un monde de vanité, où chacun se protège en n’oubliant jamais de cracher sur les vertueux.

Machiavel de papier mâché. Tout ce qui est mépris, tout ce qui est haine, tout ce qui est corruption est sien. François Fillon n’est rien d’autre que le représentant de cette droite bornée, qui déteste autant le peuple que la République, qui aime autant l argent que son ego. Cette droite rabougrie, revancharde, ce sang bleu qui chaque jour ne cesse d appeler a la restauration de l’ancien monde. Cette caste sans scrupule qu’il nous faudra bien chasser un jour…

Pour lui et ses soutiens, du moins ce qu’il en reste, tous les coups sont permis afin de se défendre. Même les plus ignobles récupérations. Ainsi le candidat UMP, refusons de les apeller les républicains car il ne le sont pas, n’a pas hésité a comparer sa situation a celle de Pierre Bérégovoy.  Sans honte. Sans vergogne. Par ces mots, il assassine une seconde fois l’ancien maire de Nevers. L’honneur de Bérégovoy déjà jeté aux chiens peu avant sa mort se retrouve récupérer par ceux-la même qu’ils combattaient : les voyous de la République. Honteusement.

Pierre Bérégovoy n’était pas de votre monde, de cet entre-soi dégoulinant, de ces énarques propres sur eux, de ce sérail à qui tout est acquis. C’est cela qui l’a tuée. Lui l’ouvrier parti de nul part qui ne se gênait pas pour secouer ce monde politique. Lui, qui n’a pas su se défendre, tant « l’affaire » n’existait pas, tant l’amitié n’est pas un crime, tant il était innocent… Lui que la défaite aux législatives a tant fait souffrir, tant rendu malade… Autant dire l’exact opposé de François Fillon et sa cohorte de méprisants et de méprisables…

Bon appétit messieurs le chiens, ô ministres sans honneurs, qui vous servez sur le cadavre d’un homme intègre, sachez que cela nous donne une raison de plus de vous détester. Et de vous chassez.

Crachez sur l’honneur de Bérégovoy. Nous cracherons sur votre bulletin de vote…

C.G

Avril 2017