Archives de Catégorie: Vers

Tes Pas

Pour J.F.

Même les haies font silence
Et les Hautes cimes vertes
Suivent la pénitence
Que les oiseaux désertent…

La rue de mon enfance
Ne ressemble plus guère
Qu’à un chemin d’errance
Où tu perdis la guerre.

On se voyait si peu
Qu’on se connaissait bien
Un peu comme quand le feu
Réchauffe lorsqu’il s’éteint

Et nous aimions ce vin
Sucré comme ta jeunesse
Quand j’essayais en vain
De soumettre ma tristesse.

Depuis ce jour sans ciel
Ou la vie t’échappa
Se taisent les tourterelles
Immortels sont tes pas…

23 Octobre 2018

Publicités

Nouveau Quatrain pour Elle

 

 

Un seul mot d’amour
Deux alexandrins
Trois fois la cour
Quatre fois le jardin

13 Aout 2018

Beaucoup de Toi

 

A Mon Père

Chaque mot qui s’enlace
Sur mes lignes impromptues
S’écrivent pour que la trace
Toujours se perpétue

Ce Poétique moi
C’est beaucoup de Toi…

Chaque frisson d’hiver
Qui s’abattent en rafales
Quand brulent les hivers
Tragique carnaval

Ce nostalgique moi
C’est beaucoup de Toi…

Chaque dix mai au soir
Quand ton espoir se pose
Sur mes rêves de Grand Soir
Tu me racontes la Rose…

Ce Socialisme en moi
C’est beaucoup de Toi…

Chaque vers de Leprest
M’aidant dans le tumulte
Quand trop grande est la veste
Du monde des adultes

Ce chansonesque moi
C’est beaucoup de Toi

Chaque pas que je fais
Dans ces rues sans lumières
Chaque pas que je fais
Franchissant  les frontières

Cette liberté en moi
C’est beaucoup de toi

Cette vie que je mène
Mi reclus mi bohème
Cette vie qui m’amène
A écrire ces poèmes
C’est à toi. Rien qu’à toi.
Que je dois de la vivre
Et c’est beaucoup de toi
Qui compose mon livre…

12 Aout 2018

Les Rugissantes

Franchir les Rugissantes
Ces larmes attachées
Aux années galopantes
Aux rires déshérités

Rétrécissent les cimes
Tranquilles. Tombent les arbres.
Quand le sourire n’est plus qu’un crime
Qui se fracasse sur le marbre

Oui c’est ainsi que vont et viennent
Les indomptables rugissantes
C’est comme cela que surviennent
Les lucidités fracassantes.

S’agite le miroir performant
Face aux jours gris qui s’accumulent
Et avancent comme tambours battants
Comme gris hiboux qui hululent

Oui. C’est ainsi que vont et viennent
Les indomptables rugissantes
En ces jours sombres où s’en reviennent
Les nostalgiques épouvantes.

12 Aout 2018

Partout

Partout s’envolent les jours sombres
Partout éclatent les heures neuves
Voici que se débat la mappemonde
Voici que déborde le fleuve

J’arrache des rivières sages
Au schisme de ma nostalgie
J’éclate de jours de naufrages
Désespérant d’insomnies

Partout s’exécutent les armes
Et s’infiltrent les cœurs meurtris
Partout s’aiguillent les armes
Aux clochers de temps infinis

Partout s’enfoncent âmes mauves
Et les terres abandonnées
Partout, partout les noires alcôves
Partout les amours baladées

Partout les neiges déchirées
Et les ombres par dessus tout
Partout les hommes destitués
La vie est la même partout.

24 Juin 2018

Ligne de Fuite

Suivre la ligne de Fuite
Le circuit de l’exil
Sans que rien ne s’ébruite
Toucher sa dernière île.

Et s’enfuir à tâtons
Vers des contrées vermeilles
S’endormir moutons
Se réveiller abeilles

Chercher l’ultime Azur
Le point de non-retour
La mer à sa brisure
Simple aller sans retour

Suivre la ligne de Fuite
L’Horizon délassé
Sans que rien ne s’ébruite
Ne faire que passer

Et voguer sans bateau
Quitter sa condition
Faire couler son fardeau
A la moindre occasion

Je cherche ma ligne de Fuite
Ma Frontière sensible
Et que rien ne s’ébruite
Je cherche l’impossible…

22 Avril 2018

Un oiseau migrateur (Les Poètes)

Tout Poète est un dissident
Que les braves gens ont chassés
Tout poète est le résident
Du Royaume des pourchassés

Tout Poète est une colombe
Pacifique oiseau migrateur
Portant sur lui le bruit des bombes
Tout Poète est homme de malheur

Et quand les blés sont sous la grêle 
Face à la morgue et l’arrogance
Ce sont les mots qui se rebellent
Tout Poète entre en résistance

Lorsque tombe la brume
Sur une lumière déjà blafarde
Ce sont les rimes qui les rallument
Tout Poète est une avant-garde

Tout Poète n’est que souvenir
L’enfance gravé dans la peau
Il se satisfait de l’avenir
Tout Poète est porte-drapeau

Tout Poète est l’Éternité
Que ses mots naissent universels
Ou dans la clandestinité
Tout Poète est un immortel…

4 Mars 2018

l’Assassin court toujours

Que reste-t-il de ce dimanche
Et des drapeaux griffant le ciel
Des oliviers au bout des branches
Que reste-t-il de l’Arc en Ciel ?

Que reste-t-il de cette flamme
Que par un jour de Janvier
Debout et fiers nous allumâmes
De ce tricolore bouclier ?

Que sont nos larmes devenues
Chagrin, sans tambour ni musique
Sous les bravos de la statue
Indétrônable République …

Il n’en reste que des souvenirs
Et disparates bouquets de fleurs
Il est certain que l’avenir
Nous prépare à de prochains pleurs

Taisez ces mots qui nous offensent
Cachez ces airs de liberté
Hurlent ces tartuffes à l’unisson
Ils sont la mort et le silence
Ils sont la longue obscurité
Et leurs suppliques ne sont
Que chemin vers la corde au cou
Les temps troublés se ressemblent beaucoup

Et si l’assassin court toujours
S’il nous enjoint de nous taire
Nous continuerons chaque jour
De blasphémer en libertaire

Et si l’assassin court toujours
S’il nous enjoint de disparaitre
Nous revendiquerons chaque jour
Ni Dieu Ni Maitre…

23 février 2018

Les Absents

Les Absents

Vivre sans eux
Traverser les nuages
Bousculer le tempo
De la pluie, de l’Orage
Vivre sans eux
A s’en mordre la peau

Les Absents
Les Absents

Vivre sans eux
Les espèrer encore
Se courber. Solitaire.
Le deuil héréditaire
Vivre sans eux
A s’en briser le corps

Les Absents
Les Absents

Vivre sans eux
Et traverser des jours
Arborés de silence
Vivre sans eux
Cerné de peine immense
A en hair le jour

Les Absents
Les Absents

Vivre sans eux
N’être que source tarie
Parcourir le chemin
Multiplier le combat
Le vide dans les mains
Comme voilier sans son mat
Comme iles englouties

Vivre pour eux
Nos absents…

11 Février 2018

Comme un Arbre

Ne me déracinez pas
Comme un Arbre
Je veux graver mes pas
Dans le marbre.

S’il vous plait ne laissez pas
S’ensevelir mes aires de jeux
Faites que ne s’éloignent pas
Le béton de mes Jours Heureux

Ne me déracinez pas
Comme un Arbre
Je veux graver mes pas
Dans le marbre.

Laissez-moi toujours revenir
Aux jardins de mes sacs de billes
Ne coulez pas mes souvenirs
Premiers mots et premières filles

Ne me déracinez pas
Comme un Arbre
Je veux graver mes pas
Dans le marbre.

Laissez-moi tranquillement renaitre
Comme un arbre
Laissez-moi simplement n’être
Rien qu’un arbre…

9 Février 2018

« Entrées précédentes